mercredi 29 décembre 2010

Le P'tit Prince m'a dit... (Exhumation II- Mythologies)

Un jour que mon avion tomba en panne au-dessus du désert (ben oui, toutes les nuits je suis pilote...et alors, pas vous?), je fis une rencontre inattendue...
Sur le sable, tirant un lourd traîneau chargé jusqu'à la gueule, je reconnus le Petit Prince de St Exupéry...Oui oui, je vous assure...Le Petit Prince lui-même, pas un fake...

Aussi surpris que vous pouvez l'être, je m'enquis des raisons qui l'avaient fait revenir par ici :

"- Bonjour Petit Prince, que fais-tu donc ici ? Nous te croyions tous reparti depuis longtemps, sur ta petite planète...

- Je suis revenu parce que je m'ennuyais avec ma rose et mon mouton...ça ne produit aucun bien consommable une rose...Quant au mouton, depuis le temps...J'ai fini par en faire un rasta, tant sa laine finissait par menacer d'ensevelir ma planète...Et puis même ça, à la longue...Pfff...Aucun moyen de recycler mon savoir-faire au service de mon peuple...Je n'en ai pas...Alors j'ai décidé de revenir par ici pour me construire un avenir...Voilà...

- Un avenir ? le Petit Prince est en quête d'un avenir ?

-Ben quoi ? Les p'tits princes n'y auraient pas droit , peut-être ? Et pourquoi donc d'abord ? Je ne suis pas assez pauvre ? Pas assez laid ? Pas assez maltraité ? À moins que vous n’ayez oublié de m'inclure lorsque vous avez rédigé les statuts de la victime peut-être ?

- Non, non...Enfin je n'en sais rien, t'avouerais-je...Mais...Quel est donc cet avenir que tu voudrais construire ? Y a-t-il un rêve si puissant et si grand, irréalisable dans tout autre lieu de la galaxie, qu’il te fallait impérativement revenir sur Terre ?

-Non...Enfin si...Je voudrais avoir un métier garanti à vie, une grande maison, toutes les chaînes du câble et du satellite à regarder depuis mon canapé en cuir sur un écran plasma géant, mais surtout, surtout, ce que je veux plus que tout…C’est payer l'ISF !!Comme tout le monde...Je voudrais être riche, puissant, aimé et détesté...Parce qu'on m'a dit que si l'on est beaucoup haï, c'est parce qu'on a tout et que les autres n'ont rien...Et moi je trouve ça bien…Alors,je veux TOUT !! Je ne suis pas n'importe qui, quand même...JE suis le Petit Prince...tout le monde me connaît, même toi, c'est pour dire...Je suis donc célèbre...je mérite donc d'être riche!

-Mais enfin, ça ne peut pas être le rêve du  Petit Prince, voyons!! C'est juste bon pour nous...Pour certains d'entre nous, ce rêve-là...C'est un rêve idiot...Sans douceur, sans beauté...Sans poésie et sans amour...Un rêve creux, mortifère...Une course d'ânes sourds et aveugles qui s'ébrouent et se bousculent pour être certains d'arriver les premiers à l'abattoir, et puis...
- Mais ne t'inquiète donc pas pour moi… J'ai mis toutes les chances de mon côté..As-tu attentivement observé mon traîneau ? (d’un geste de la tête, je dus avouer que non…)
Comme je veux rester le bon Petit Prince (c’est extrêmement important que je reste Le bon Petit Prince, c'est mieux...Comme ça, ceux qui te haïssent ne peuvent rien dire...).J'ai décidé, sur les conseils de M. Hulot, de recycler...Mais, comme je ne savais pas quoi recycler… j'ai choisi de ramasser toutes les idées idiotes et tous les concepts creux que vous produisez, comme les cochons produisent de la merde...regarde..."

Effectivement, sur son traîneau s'entassaient les formules les plus incongrues et les plus sottes de ces derniers mois, années, décennies..."l'Humanitaire est l'entreprise de demain", "Aimez-vous les uns les autres", "Dieu est mort!", "Vive le communisme!", "Vive le libéralisme!", "La rupture tranquille", "Désir d'avenir", "Pour un Grenelle de l'environnement", "La France aux français!", "Tu l'aimes ou tu la quittes","Il est interdit d'interdire","Ensemble, tout est possible","Devenez décroissants"...etc , etc...Slogans creux, phrases toutes faites, formules de pubards ou de communiquants, il y avait là le pire de ce que le vide socio-politique de ces trente dernières années s'était fait une gloriole d'inventer...La caverne aux échos...

- "Mais enfin...Le Petit Prince est normalement immunisé contre la vacuité et la vénalité...Tu disais nous trouver étranges...Compliqués...Bêtes, même...

- Ben oui, mais je m'ennuyais...C'est terrible l'ennui...Et puis flûte, après tout! Puisque tout le monde le fait...Pourquoi n’y aurais-je pas droit moi aussi ??!!

-  Mais...Parce que tu es Le petit prince justement !!!
-  Donc, je fais ce que je veux!
- Mais...Et puis tu risques d'avoir un problème, tout Petit Prince que tu sois : avec ton traîneau et tes pieds nus, tu vas tomber sous le coup de la loi LOPPSI 2, on va te prendre pour un Rom ou un Gitan ou...Enfin, bref ! Un de ces innombrables errants dont il faut dare-dare débarrasser notre beau pays!
- Hop hop hop, que nenni mon bon Monsieur ! Parce que figure-toi que j'ai étudié la question.
- Et?
- Eh bien, nous sommes d'accord : je suis un monument et un monument, que je sache, c'est tout sauf un habitat précaire, donc, tout va bien!
- Mouais...Si tu le dis...Et s'ils décident de supprimer l'ISF et d'abandonner leur idolâtrie des yachts et des Rolex, que te restera-t-il ?
- Bah...Outre les sempiternelles éditions de ma version douce, déjà cent millions de fois encensée, je vais m'empresser d'ouvrir mon compte Facebook, pour me garantir et l'immortalité et la jouissance sans fin et sans limite des retours ad libidum, dont tout un chacun profite allègrement et de manière tout à fait injuste, si tu veux mon avis (il ne faut tout de même pas déconner, le Petit Prince, le seul, l'unique, c'est moi, non ?). Une fois tout cela mis en place, je n'aurais plus qu'à me suicider une nouvelle fois, au moins aurais-je cette délicieuse certitude que vous vous morfondrez, coupables et désespérés...Ce qui ne peut pas vous faire de mal, ce qui même, à mon avis, vous fera le plus grand bien tant vous aimez cela, l'aigre jouissance de la culpabilité...
- Eh bien, Petit Prince, je crois que s'il me restait encore la plus petite illusion, tu viens de m'en débarrasser, avec la délicatesse d'un jet de napalm sur un champ de petits pois...
- Mais, je t'en prie, si je peux rendre service !" :-D

FRANCK-OLIVIER LAFERRÈRE / Fragments
Texte rédigé en avril 2007, remanié en décembre 2010.